Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de marick

Articles avec #panama

Au revoir Panama

Jeudi , après notre escale à Porto Bello petit port dans une très jolie baie , nous rentrons vers Colon sous un temps un peu humide et à grains , mais nous échapperons à la pluie !

J’appelle la compagnie Copa Panama Airlines pour pouvoir enregistrer Advil sur le vol de mardi , car ayant pris nos billets sur internet , je n’avais pas la possibilité de l’y enregistrer .Après une demi heure passée au téléphone , il faut dire que lors qu’on me demande la race du chien et que je réponds « bergère des cannes », il y a une interrogation ?Quelle est donc cette race , qui en Guadeloupe équivaut à un chien mélangé , un batard quoi !, mais on finit par me dire qu’elle pourra voyager avec un certificat de santé du véto !Ouf , pas ni pwoblem , je contacte un véto qui viendra samedi matin , reste plus qu’à préparer Marick , le nettoyer à fond et faire les valises !

Vendredi et samedi le temps est très beau et très chaud , temps idéal pour faire le grand ménage , sortir les coussins, enlever le génois etc etc…

A coté de nous un bateau se prépare à traverser le canal, :ils viennent d’Afrique du sud , et font le grand voyage mais en accéléré, toujours émouvant le départ , à 14h , ils quittent le port et le capitaine   a enfilé un tee- shirt de Guadeloupe , alors en clin d’œil nous lui offrons une bouteille de rhum !

Samedi , 7h du mat’ la véto est là !Elle me demande la destination de notre vol et comme c’est St Maarten , elle le rédige en anglais et non en espagnol !Elle me dit aussi qu’il vaudrait mieux faire un certificat d’exportation, et me donne l’adresse des « servicios exteriores » pour y aller , ce que je ferai lundi

Dimanche nous avons réservé un van car nous voyageons avec un gros volume , la caisse d’Advil pour l’avion est très spacieuse , et nous avons en plus 3 valises . ! tout ca ne rentre pas dans un taxi standard .

La marina nous a proposé un habitué et dimanche , temps un peu gris et humide , nous quittons la marina de Shelter Bay , retour début octobre ! .Le taxi voyage avec sa femme , ses 2 enfants , son beau- frère qui va conduire et sa belle sœur ! tout le monde s’entasse pour parcourir les 70 à 80 km qui nous séparent de Panama City ! Voyage épique ! le conducteur n’arrête pas de discuter avec son bea-u frère assis à l’arrière, de regarder des photos que lui montre sa doudou sur son téléphone portable , !Un peu plus tard j’ai très peur , à un passage à niveau , les barrières sont en train de se fermer , il s’engage quand mémé , alors que je vois au loin le train qui est en train d’arriver !

Heureusement , nous arrivons sans problème à l’hôtel , un long et violent orage éclate en début d’après- midi, alors que nous commençons la balade dans Panama , nous restons presqu’une heure sous un porche , entourés ,d’éclairs de tonnerre , tandis qu’une pluie diluvienne s’abat  sur la ville , l’eau dévale les rues pentues et s’accumule près du carrefour ou nous sommes , quelques sacs poubelles entreposés sont entrainés par le flot  , et près de nous ,les voitures ont de plus en plus de  mal à rouler ! en fin de journée , le ciel se dégage et nous faisons une longue balade en front de mer du Pacifique à Panama ville moderne avec ses gratte-ciel un petit Miami quoi !,  !

Lundi matin , bon pied bon œil ,un brin guillerette , je prends un taxi pour les « servicios extériores », afin de récupérer le certificat d’exportation  , beaucoup de circulation en ce lundi matin , dans Panama City , et j’arrive vers 10h à l’immeuble ! Mais les services ont déménagé !  Nouvellle adresse , nouveau taxi , et me voilà après avoir un peu erré au milieu de tous ces immeubles, au fameux service .Comme souvent un vigile à la porte contrôle les entrées ! je ne peux pas rentrer car j’ai un tee- shirt à bretelles et épaules nues , interdit !!!! ben alors ! il me montre une boutique en face ou je pourrai trouver de quoi recouvrir mes épaules ! C’est une boutique religieuse qui vend des bibles , des bibelots et des tee-shirt et c’est affublé d’un tee-shirt XXl , avec au dos « si tu ne crois pas en Jésus , tu seras condamné » que je me représente au bureau.

Je prends mon petit ticket jaune pour faire la queue, heureusement pas trop de monde !  c’est mon tour

-bonjour , je voudrais un certificat d’exportation pour mon chien, je voyage demain

--   hummm !!! , pas possible de le faire !

-et pourquoi ?

-il faut faire authentifier  la signature du véto , par le ministère de la santé-

-et ou dois- je aller ?

-a cette adresse !à

A l’autre bout de la ville, dans la vieille ville, ou sont regroupés les ministères,

Nouveau taxi , nouvelle adresse , il est bientôt  midi ,l’heure des embouteillages !enfin j’arrive au ministère de la santé , service techniques , les lieux sont de vieux bâtiments au milieu d’un parc ou sont donc regroupés toutes les fonctions administratives !après information , je me rends premier étage , au fond du couloir après avoir cheminé dans de nombreux batiments et avoir été poursuivi par une employée me demandant ou j’allais   

-bonjour, je voudrais faire authentifier la signature du vétérinaire , sur ce certificat de santé, por favor , je ne traduis pas tout en espagnol pour vous !

-hummm !!!!, ce n’est pas possible !

-et pourquoi ?

-Il est rédigé en anglais, pas en espagnol , et nous ne pouvons authentifier un acte en anglais !

-je peux vous faire la traduction

-non , il faut absolument que le certificat soit en espagnol !

-alors , ?

-Voyez un autre véto , ou retournez à Colon !

-J’ ai le no de tél du veto , pouvez-vous l’appeler ?, ce qu’elle fait

Finalement , il est décidé  que la véto fait partir de suite par le bus , le certificat en espagnol que je récupèrerai à 14h à la station de bus terminal de Colon, qu’entre temps , elle me fait des papiers pour préparer les formalités et qu’en allant de suite là ou j’étais ce matin , c’est-à-dire pour moi aux servicios exteriores , ils pourront valider le certificat !

Dare dare , re taxi, je remets mon affreux tee-shirt , tien pas de vigile ! , on peut entrer épaules nues….je me précipite au guichet , mais que nenni , j’ai mal compris , je peux bien avoir le certificat en anglais , mais je n’ai toujours pas la signature du véto , les papiers ne me sont d’aucune utilité, !!!!!!!

-retournez au ministère de la santé et revenez ! moi je n’ai pas besoin du certificat espagnol

Malgré la clim , la température commence à monter !

Retour au ministère de la santé  , la personne vue le matin déjeune, mais se libère pour moi  et me dit que je devais voir , au ministère la personne qui authentifie   les signatures , elle m’accompagne dans un dédale de  bâtiments et de couloirs et je rencontre donc l’employée censée me faire « la firma » comme on dit !  

-ou est le document espagnol ?

-il est 13h30, il va arriver à 14h à la station de bus je vais aller le chercher, pouvez vous préparer le dossier ?

-non, je ne le ferai que lorsque j’aurai le document espagnol

Donc re taxi , à qui je demande de m’accompagner dans ce grand terminal de bus , c’est Julio, le chauffeur du bus qui a mon fameux papier , j’ ai son téléphone, mais on le cherche en vain !finalement je récupère mon document  ouffff

Le taxi veut bien me conduire aux servicios exteriores , mais il me dit qu’il y en a deux, et ne sait duquel il s’agit .Il téléphone , se renseigne pendant ce temps , je commence à me demander si je vais obtenir ce fameux papier !

   15h , on arrive à la bonne adresse, je grimpe dare dare les étages , c’est que je connais bien le lieu et sais que l’ascenseur est long à venir

Peu de monde, je commence à souffler ! le fonctionnaire me fait le papier, et me dit de revenir demain à 9h !

-ce n’est pas possible , je voyage demain !

-vous avez le billet d’avion ?

-non , c’est un billet électronique , recu sur la messagerie de mon mari !On doit être à l’aéroport à 4h30 du matin ! 

Il va palabrer avec ses supérieurs , à l’arrière dans un bureau

Finalement il revient

-vous devez payer 8 dollars , on nous avait 125 , j’ai donc mes petits billets près a payer

-non , vous devez payer à la banque avec ce formulaire , et quand il sera acquitté, vous aurez votre document !

Il y a la banque juste en-dessous, je dévale les escaliers , et arrive à la banque !

-no senora , no hay sistema , ce qui veut dire que ca ne fonctionne pas !

Je retourne aux servicios !no hay sistema !

Nouveaux conciliabules, ! c’est compliqué avec cette frenchie !

.finalement ,la responsable me reçoit  dans son bureau et me dit qu’exceptionnellement , je vais lui régler et qu’elle ira payer pour moi !

Je l’aurais embrassée ! je règle en laissant un pourboire qu’elle refuse , et OUFFFFFFF , j’appelle Patrick qui commencait sérieusement à s’inquiéter malgré les quelques textos échangés !

  Alors le soir, enfin détendus on va feter ca dans la vieille cité de Panama, avec deux mojitos, le monde est plus beau !!!!!

Mardi , on quitte Panama encore endormie et sous un orage dantesque , on repart vers la France avec  avant une escale à St Maarten !  

Voir les commentaires

Published by marick - - Panama

le fort de portobelloLes Samblas
Lundi départ vers Les Samblas ,
Les Samblas sont un  archipel  d’environ 300 à 340 iles, entre les longitudes 77° 25 W et 79°04W,  à environ 60 MN de Colon. Les habitants sont les Kunas indiens qui ont une relative autonomie et indépendance dans l’état de Panama et qui ont su préserver leurs cultures et leurs traditions. La population est d’environ 55000 habitants .La propriété individuelle n’existe pas et  aucun  étranger ne peut investir sur ces iles
Leurs règles et coutumes ancestrales persistent, même si ils ont accès aux communications modernes, téléphones portables entre autre et c’est assez décalé d’entendre sonner un portable sur un ilot minuscule ou existe une seule famille , habitant une petite maison recouverte de feuilles de palmiers ! ou dans une  petite barque en bois rudimentaire
C’est une société matriarcale, les femmes fabriquent et vendent   « les molas », sorte de tableaux en tissus très travaillés qui représentent les animaux , oiseaux , les poissons etc...Ces molas sont très connus et appréciés par tous les visiteurs de ces iles
Les femmes n’ont pas le droit de se marier avec un étranger !
Nous partons donc à la découverte de ces iles : Toutes ne sont pas habitées, puisque certaines sont de minuscules ilots. Elles sont toutes couvertes de cocotiers qui s’agglutinent et forment vu de loin, une belle masse de végétation verte, le sable blanc dessine un joli cordon  autour de ces iles, et la mer est calme car une large bande de corail, au large les protège de la houle. Les iles inhabitées  sont plus ou moins entretenues, les cocos étaient avant que le tourisme se développe une source de revenus très importante
Pas de vent , ciel bleu et chaleur de rigueur  ,34 °C dans l’air , 32 °dans l’eau , on y passerait tout son temps !, escale déjeuner  le midi à Panamarina , on devait y  laisser Marick cet été , mais on nous a averti tardivement, bien que la réservation ait été effectuée depuis longtemps , que la place du bateau  n’était pas disponible ! Le mouillage est désert, une vingtaine de bateaux sont là, inhabités, sans vie et l’ambiance est tristounette, alors pas de regrets !
Cap sur une autre marina Turtle Bay , encore en travaux , on peut y passer la nuit , juste avant nous  sont arrivés des anglais et nous sommes amarrés juste à côté , il viennent à bord gouter le ti’punch , il y a Peter le skipper , son neveu et un allemand Marcello qui navigue avec eux depuis 15 jours , c’est un étudiant qui se prend 6 mois pour voyager , il a parcouru déjà de nombreux pays, parle couramment anglais , espagnol et se débrouille en français ! Comme petit job il a été entre autre  cuisinier et c’est lui qui prépare le repas sur Marick ! La soirée traine un peu …..le vieux rhum est apprécié !!!!!!!
Mardi 5 juin, à 9h départ de la marina après avoir refait le plein de carburant, car la météo annonce peu de vent, nous partons donc sous GV et moteur vers les Lemmon Cays , Chichime ,plus précisément Uchutupu Pipigua , mouillage paradisiaque : eau chaude et transparente à souhait , une dizaine de bateaux sont au mouillage , mais la baie est assez grande et on a suffisamment de place
Il fait chaud, il y a peu de vent, mais heureusement, il n’y a pas de moustiques ni de nonos, on peut dormir les hublots ouverts ! On fait du snorkeling  ,on bulle , on bouquine,
On va donc faire de nombreux autres mouillages, toujours aussi enchanteurs ! Les fonds ne sont pas très riches en gros poissons, nos prélèvements restent extrêmement modestes, mais les Kunas viennent avec leur pirogue nous proposer, langoustes et bonites ! de même nous aurons un approvisionnement de fruits et légumes : salade, concombre, carottes , tomates , ananas, maracujas etc. pas besoin d’aller au marché , c’est le marché qui vient à nous
Les Kunas naviguent sur de rudimentaires pirogues en bois, avec parfois des voiles de fortune !, rarement un moteur hors-bord Ils sont souvent en famille et proposent leurs pêches et leurs molas
Nous mouillerons à Green Island ou Kanlildup , puis à Esnasdup ou nous essuierons un coup de vent pendant la nuit.
Il y a parfois de violents orages très limités géographiquement parlant, le vent monte rapidement à 30 , 40 et même 45 nœuds et dans tous les sens, ce qui implique de bien gérer son mouillage
Nous avons pour voisin un canadien Guy , seul sur son bateau car son épouse a dû rentrer  au pays ! il est là pour 3 mois et nous passerons du temps ensemble
Les journées s’égrènent doucement, avec une langueur tropicale, l’eau est si bonne qu’on y passerait tout son temps   Nous y passons du temps d’ailleurs car Patrick a investi dans un beau fusil de chasse .Nous allons faire un réapprovisionnement de carburant pour l’annexe, et de légumes et fruits à Rio Diablo , ou existent deux iles reliées par un pont :Corazon de Jesus ou Akuanusatupu et Nargané ou Yandup.
Ces deux iles s’émancipent un peu de la culture kuna , on peut y trouver , une banque , une boulangerie , une librairie , école avec écoliers en uniforme , police , petits magasins. Nous faisons rapidement le plein et repartons à notre mouillage d’Esnadup.
Puis direction les Holandes Cays ou nous avions fiat  une brève escale déjeuner à l’aller car un violent orage nous rendait l’ilot inhospitalier .Mais les Holandes Cays peuvent avoir une autre facette !
Nous y arrivons mercredi 13 juin, la baie est assez large, mais les nombreuses cays restreignent le mouillage !en allant à terre nous passons près d’un bateau français , immatriculé en Polynésie  et joliment appelé Moemiti. Nous faisons la connaissance de Claude et de son épouse Annie  et d’un ami à eux. Nous prenons le ti’punch sur Marick,  Ils nous expliquent que ce mercredi matin , un violent orage a balayé la baie et que la foudre est tombée , sur un bateau moteur et a tout détruit l’électronique ! plus de moteurs, tous les circuits in opérationnels !
Ce sont des français qui ont fait leur vie professionnelle aux Etats Unis .Nous les rencontrons et passons des soirées ensemble. Patrick a pêché pour l’occasion une très belle langouste , une deuxième sera achetée pour compléter le diner , 
Dimanche, non nous n’allons pas voter, mais partons pour Lemmon Cays et retrouvons au mouillage Moemiti. De nombreux bateaux sont là,, mais inhabités .Après un bon snorkeling pour essayer (en vain) d’attraper le diner , nous assistons à un magnifique coucher de soleil à bord de Moemiti en prenant l’apéro !
Nous sommes sur le chemin de retour vers Colon , et nous arrêtons à nouveau à Chichime , puis navigation vers l’ouest à l’ile de Linton, on quitte la zone des Samblas
Enfin un peu de vent et  de navigation sous voile , GV haute et spis,  , et on arrive après environ  40 MN ,dans une jolie baie , ou une vingtaine de bateaux sont au mouillage.
Certains sont en partance vers la Colombie , il existe un circuit parallèle de transfert de personnes de Panama vers la Colombie en passant par les Samblas , par mer donc , car il y a peu de routes du Panama vers la Colombie et les FARCS tiennent la région nord et rançonnent au maximum les voyageurs , quand tout va bien , sinon….. Donc beaucoup de jeunes touristes passent la frontière de Colombie vers Cartagena  sur ces bateaux un peu particuliers qui moyennant 500$ leur font passer la frontière
Puis cap vers Portobello , port naturel très abrité, utilisé par les Espagnols pour faire transiter  leur marchandises vers l’Europe. La baie est très grande et une cinquantaine de bateaux se balancent doucement  au gré des petits souffles de vent qui traversent la baie i
Nous partons à la découverte de ce petit port , ultime étape avant notre retour à Colon, demain jeudi .Nous y préparerons marick qui va rester à la marina de Shelter BAy jusqu’en octobre , avant la « traversée »

Voir les commentaires

Published by marick - - Panama

Nous prenons nos repères à la marina de Shelter Bay .elle est bien équipée :petite alimentation avec quelques fruits et légumes , boissons et produits de base , un resto qui sert une bonne viande , et de bons poissons , une laverie , c’est important  notamment pour les draps et serviettes  de toilettes et nous avons pu y faire les formalités d’entrée au Panama , et obtenir les permis de navigation pour les Samblas dans la foulée  . Nous sommes un peu isolés de la ville de Colon , mais comme la ville est un peu « craignos » , c’est aussi bien .
Tous les matins un minibus gratuit  fait la navette vers la grande zone commerciale du coin ou l’approvisionnement est possible et très varié. En y allant on passe sur le canal et on peut voir les écluses fermées Pour le moment, nous sommes en repérages, l’ambiance à la marina est différente de celles qu’on a fréquentées .Ici , ça sent « le départ » la plus part des bateaux attendent leur tour de passage pour le canal .Il leur  a fallu contacter un agent qui s’occupe des formalités du passage , compter environ actuellement une dizaine de jours pour les voiliers , l’agent s’occupe aussi de fournir un pilote qui sera sur le bateau pour indiquer où  aller et quoi faire , il peut fournir des équipiers , il faut être au minimum quatre à bord , plus le pilote , plus le skipper , il propose aussi des amarres car il en faut de très longues et nombre de pneus en plus des pare battages pour protéger le bateau  ! bref l’agent est un passage obligé En attendant, il règne une effervescence à bord des bateaux en partance  pour finir les dernières réparations, les ultimes  finitions et puis vers 13h , il faut partir , le bateau quitte la marina , quelques mains s’agitent , une corne de brume résonne ,  le mat  glisse  puis disparait…. , dans quelques heures ce  sera de l’autre côté , le pacifique ! C’est assez émouvant et un peu grave, la tension reste palpable
Mais on n’en est pas encore là !
Samedi soir, alors qu’on est sur le pont, un voisin de ponton nous montre ce qui semble être un tronc d’arbre qui flotte doucement  entre les bateaux amarrés, mais non , c’est un alligator , on n’avait pas pensé  s’y baigner , mais là , c’est sûr on n’y mettra pas un orteil !
On a eu la visite sur le bateau de la famille  Cardin, Olivier, Delphine et leurs trois jeunes enfants en voyage depuis quelques mois sur leur bateau Ayya un sun magic 44, et pour trois ans  .
Patrick  a rencontré Olivier lors d’un stage d’électricité marine  STW à Nantes en juin 2011,
 il sont au mouillage dans la baie d’à côté, et en passant dans la marina ils ont reconnu Marick, ils vont traverser bientôt, dans une dizaine de jour
On se retrouve  dimanche après-midi au mouillage près de l’ile de Naranja .Le temps est très chaud et humide ; à la tombée de la nuit, un gros orage chasse les nombreux moustiques qui ont tendance à venir squatter le bateau, ils nous aiment un peu trop !!!!


Voir les commentaires

Published by marick - - Panama

JEUDI 24 MAI

14h, nous sommes prêts pour quelques jours de navigation, la météo annonce 20 à 25 nœuds de vent au départ, nous serons donc au près, ce n’est certes pas l’allure la plus confortable, mais on n’a pas le choix

 Nous sommes sous GV et génois sur une mer plate 15 nœuds de vent, on tire un premier bord vers le continent, pour virer avant la nuit et s’éloigner de la cote pendant la nuit. Le temps est beau légèrement brumeux , mais doux et chaud et le vent un peu moins fort que prévu

   Vers 19h30,le vent va monter un peu , le baromètre baisse, on vire de bord , le vent adonne en forcissant , on  prend un ris et on enroule un peu le génois , on reprend nos quarts selon notre rythme bien rodé .A minuit on vire vers le continent, nuit noire ,pas de phares, pas de bateaux ,  20 nœuds de vent ; la mer est  agitée

Vers 6 heures du mat’ le vent adonne , donc on fait un meilleur cap , la mer est toujours agitée  puis progressivement dans la matinée  le vent tombe , on doit mettre le moteur .Vers midi le vent monte à nouveau  on tire des bords carrés , dans une  mer agitée , 20 à 25 nœuds de vent , c’est long !On est au nord  de la pointe est du Honduras  mais on ne peut pas trop couper le fromage car sur la carte , de nombreux ilots et  cayes sont dispersés et aussi , de nombreuses épaves de bateaux !!!!!  les fonds sont  très variés , pas envie de se planter ! 2 ris dans la GV et génois  un peu enroulé sur une mer très agitée. petite récompense on aperçoit deux cachalots a environ 100 m sur  tribord de Marick  , vendredi à minuit , on vire à nouveau Marick n’est pas un bateau de près et surtout le  vent  refuse  de plus en plus !

Samedi matin , cap plus au sud , ouf , toujours au près  mer agitée 2 ris , on vire pour éviter les cays , on laissera à tribord  Caratasca Islands ,Cajones islands , Pichones islands , puis ; Logwood cay , Media Luna Island , South Cay

temps à grain, surf à 11 nœuds ,on avance , on avance !

dimanche matin , je réveille Patrick un peu plus tôt , le radar me signale des grains qui viennent vers nous , on en avait évité pas mal , mais ces deux là , on n’y coupera pas ,arrivée a providencia avec des grains forts on sort les cirés le  temps est très gris et le ciel  ciel bas ,de nombreux éclairs déchirent le ciel et le tonnerre nous accompagne   Providencia est en vue ,  on  scrute avec attention la  bouée d’atterrissage , la passe , et on entre dans la baie , tout de suite plus de vent mer plate ça fait du bien  2 autres bateaux sont au mouillage on savoure ! petit déj , douche , on traine , on fait un petit tour à terre , pas grand monde  mais temps gris , alors je fais des crêpes,

L’après-midi s’étire doucement  , style dimanche d’hiver , on trie les photos et on écoute et découvre pleins de morceaux de musique chargés sur l’ordi par Seb et Stéphanie , merci !  mais qu’on ne connait pas alors soirée musicale agréable et extinction des feux à 23h

Lundi , le soleil est de retour , formalités vite expédiées grâce à Bernardo B.Bush  , On loue une voiturette pour faire le tour de l’ile

Providencia avec Isla Catalina et San Andrès composent un archipel d’iles appartenant à la Colombie Providencia  se trouve à 800 km de Cartagena , Colombie , 240km de la cote de l’Amérique Centrale  et à 72 km au nord de San Andrès .Providencia a une surface de 2070ha et San Catalina, reliée par un pont  à Providencia 107 ha, le point culminant The Peak est a 360m et l’ile compte environ 5000 habitants.la plus part sont originaires de Jamaïque, des Iles Canaries  et une minorité d’origine anglaise , française et hollandaise. Une  roche à l’entrée de l’ile de San Catalina semble dessiner une tête humaine la légende raconte que c’est celle de Morgan pirate célèbre dans toute la région et les habitants prétendent qu’ils en sont les descendants

L’ile est entourée sur sa cote est d’une barrière de corail qui dessine un merveilleux lagon

Sous le soleil la visite de l’ile s’avère très agréable, les maisons, les routes, sont bien entretenues et fleuries, de nombreux bancs sont disposés un peu partout et incitent au farniente et au repos , les petites baies abritent de jolies plages et des restau. La protection de l’ile , de sa faune et de sa flore sont une priorité ici !

Nous déjeunons au bord de la plage de poissons frais, langoustes,lambis pour  moins de 15 euros pour deux !IMG 2035 La journée a été super , Providencia est une escale parfaite !

Mardi matin, visite de San Catalina à pied , le point de vue sur Providencia est super , et il fait très chaud et très soif !

Et à 15 heures on lève l’ancre on a 260 MN a parcourir pour arriver à Panama, trop à faire en 24 h, pas assez en 2 jours et on ne veut pas arriver la nuit

Au départ , 20 nœuds et une mer agitée , suivra une  grosse houle de travers.

Il y a 20 nœuds de vents on avance bien ,  temps un peu humide nuit tranquille, mercredi vers 8 heures du matin le vent mollit,  moteur, et on avance à 7-8 nœuds ,journée sans évènement particulier  la nuit tombe  mais la lune est là , pas encore pleine , mais suffisante pour éclairer la nuit ! vers minuit on commence à voir les lueurs de Colon , au Panama , ce sera notre port d’atterrissage , puis on croise un , puis deux puis 3 cargos, !!!et à environ 10 MN de l’arrivée le radar nous signale des dizaines de bateaux devant, il fait encore nuit, le petit jour arrivera un peu plus tard, on avance doucement A 6h on passe entre les bouées vertes et rouge et à 6h30 on met la pioche .la marina n’est pas encore ouverte et un petit somme nous fera le plus grand bien .  

9h 30 réveil , allez on y est alors on y va ! on se pose à la marina de Shelter Bay .On va y rester jusqu’à dimanche puis on partira aux Samblas avant de revenir fin juin  et laisser Marick cet été .

On vous raconte la suite bientôt

Merci pour vos commentaires, ça fait plaisir de savoir que vous nous lisez ,et on aime bien avoir vos impressions et réflexions , alors hasta luego !     

Voir les commentaires

Published by marick - - Panama

Le blog de marick

un voyage autour du monde d'un couple sur un outremer 49

OU EST MARICK

actuellement en CORSE A SAINT FLORENT

Pages

Hébergé par Overblog