Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de marick

Nous allons partir a la decouverte du Guatemala , Donc bientot d 'autres histoires

Voir les commentaires

Published by marick - - le Guatémala

retour a rio dulceNana Juana

C’est le nom de la  marina ou nous sommes installés. Dirigée par un français, Jean Claude, elle est située  dans un coin de la baie , adjacente à un petit hôtel  du même nom avec un parc de grands arbres qui procurent une ombre bienfaisante , et dans ces grands arbres nombre d’oiseaux qui sont très matinaux et c’ est amusant , en dormant sur un bateau de se réveiller au son des oiseaux. Juste à coté, une zone un peu plus sauvage avec des singes hurleurs !

Il y a une immense piscine, une « palapa » grand abri ombragé qui est la réception de la marina et de l’hôtel  et de plus tout près des pontons, une palapa avec tables , chaises, bar , accès Wi Fi , à la disposition de tous ,et ce lieu est le centre de vie !

Le midi, comme il fait chaud, chacun peut venir avec son repas, s’installer pour le déjeuner, et idem le soir avec partages , échanges , et apéros .

La marina est donc fréquentée en majorité par des français, venus de divers horizons.

Hier soir , un couple franco-gualtémaltais recevait des amis  et j’ ai assisté à la préparation du « mole », sauce qui accompagne n’importe quelle viande ou poisson .C’est une recette ancienne qui est en fait le mélange de différents ingrédients de base :faire griller  séparément des morceaux de pain ,des tomates , poivrons ,des bananes plantains, mettre un peu d’huile dans un récipient et mélanger le tout , ajouter de l’oignon , des graines de sésame , de l’eau , y faire fondre deux bons morceaux de chocolat , eh oui !!! et le joker , un peu de rhum !ca tombe bien , on en a puis mixer la sauce , et voilà .

Je n’en ai  pas gouté, car nous avons passé la soirée avec nos voisins de bateau , auxquels se sont joints les français rencontrés à Livingston .Leur bateau revient des Bahamas et Ils laissent leur bateau ici pour la saison cyclonique, car le site ici est très protégé.

Ce sont des bretons , Christophe , éleveur de chevaux ,et agriculteur bio , son beau père Francois  , 72 ans  et un ami à eux Stéphane .nous avons poursuivi la soirée à bord avec les bretons , et j’ai préparé un plat de spaghettis ,la soirée s’est prolongée assez tard .Ils prennent un taxi vendredi pour Guatemala City car samedi retour en Bretagne. Ils ont un magnifique cata de 6o pieds , léger ,12 tonnes , fabriqué au Brésil , avec beaucoup de carbone nous l’ avons visité avant leur départ .Ils reprendront la mer en fin d’année

LA vie ici s’organise tranquillement ,Le palapa est vraiment le centre de vie , les enfants en âge scolaire  y font leurs devoirs du CNED  , Les deux jumeaux , Zephyrs et Alizée jouent , font de la pâte à modeler , on consulte internet etc….

Divers horizons se côtoient, échangent , parlent de leurs périples bon plan et adresses. Le monde est très petit, et on se découvre souvent des rencontres communes (message perso à Pierre et Danièle de Bayalé et à la Françoise , vous avez le bonjour des Namaste )

Hier soir samedi, nous avons vu les photos faites par nos voisins qui ont visité le Guatémala , Antigua , et les environs pendant « la semaine sainte » et le mélange des traditions  s’y manifeste de façons très colorées et spectaculaires , ça vaut largement un carnaval !

Pour l’instant , nous sommes restés à Rio Dulce , il n’y a pas de loueurs de voitures ici , juste le bus , mais qui n’accepte pas les chiens , ou les mets en soute avec volailles  et compagnie et vu la température locale !!!!Mais on a peut- être d’autre plan, affaire à suivre

Fronteras est la ville dans la baie traversée par le pont qui relie Guatemala city aux villes du nord. La  ville  est très bruyante et animée et traversée régulièrement par de nombreux camions chargés à ras bord , des camions à double remorque de carburants et tous les autres véhicules , piétons , motocyclistes cyclistes. On y trouve quasiment tout, et notamment beaucoup de fruits et légumes fraises, pommes, ananas, bananes, raisins, melons, pastèques et surtout quantité de mangues qui sont délicieuses car c’est la pleine saison, des noix de cajou , de macadamia , des amandes ; les légumes ne sont pas en reste et les prix sont 10 fois moins chers qu’en Guadeloupe

Nous avons pris l’annexe pour passer  le pont, nous savons que Marick peut passer en dessous , mais une ligne électrique posée parallèlement au pont est moins haute et personne ne sait avec certitude sa hauteur , affaire à suivre donc

Nous sommes donc remontés vers el Castillo de San Felipe, ancien fort construit par les espagnols au XVI ème S  et détruit à maintes reprises lors des attaques des pirates. Le lac De Izabal , 30 milles de long sur 15 de large , en amont servait de transport aux marchandises qui devaient regagner l’Espagne

 Le site a été reconstruit en 1955 et est devenu un petit musée. Un parc a été aménagé et le site frais et ombragé est très fréquenté, la  baignade est  aussi  très appréciée par les habitants !

Voir les commentaires

Published by marick - - le Guatémala

Mardi, vers 16 h nous sommes en vue de Livingston .Nous joignons par téléphone Raoul  qui au port est la personne à contacter pour les formalités .Il n’est pas à Livingston mais prévient la capitainerie de notre arrivée. A 17 h bouée d’arrivée repérée , nous suivons avec précaution la carte pour l’entrée au mouillage .Un autre bateau est là , il y a de la place .15 minutes plus tard ,une barque avec à son bord 5 personnes nous accoste. Ce sont les fonctionnaires du port qui viennent à nous! tout se passe très bien, notamment pour Advil car son certificat de santé établi par le véto de Isla Mujeres est toujours valide .

Nous aurons juste à récupérer les passeports tamponnés et les papiers officiels demain matin.

Située sur la côte nord de l’embouchure du Rio Dulce  Livingston est accessible uniquement par bateau ou petit avion !  il y a beaucoup de barques de pêche mélange hétéroclite d’embarcations,, qui naviguent dans la baie ou remontent le Rio Dulce . de  nombreux pontons en bois sont visibles ;pas mal de remous et l’accès à quai  est assez sportif.et là , juste derrière , il y a une rue vivante avec pleins de petits magasins, échoppes, des petits restaurants et même des cafés internet .Il y a aussi un lavoir ,et mercredi matin , il y aura du monde !Une dizaine de femmes avec leurs bassines  pleines de linge , certaines s’activent silencieusement , d’autres discutent  plus ou moins bruyamment .Une maman se repose à l’ombre avec son petit au sein. Des hommes viennent remplir leurs  jerricans  d’eau ! La rue principale grimpe et est bordée de petits magasins  et de  quelques boutiques pour touristes

La population est accueillante et salue facilement

Pour la nuit de mardi, nous mettons évidemment le feu de mouillage, et en plus nous accrochons une lampe de chaque coté et à l’arrière car beaucoup de pêcheurs circulent  la nuit, et il est plus prudent d’être vu !

Mercredi matin, après avoir récupéré nos papiers, départ pour le Rio Dulce , en quittant le mouillage  un bateau français qui vient juste d’arriver vient nous saluer et nous demander des infos pour les formalités , nous nous retrouverons plus tard .

Départ et nous devons passer sous une ligne électrique  qui traverse le fleuve  et ce n’est mentionné nulle part, les fils sont–ils assez hauts ?, en avançant prudemment, nous passons ce premier obstacle.

Partis à 10 h , nous arrivons vers 13h30 à notre destination

L’embouchure du Rio Dulce est située au fond de la baie d’Amatique à l’ouest du vaste Golfe du Honduras. Nous remontons le fleuve sans difficulté particulière et naviguons dans un paysage  extraordinaire  entre des rives encaissées  entourées de hautes falaises couvertes de jungle .nous croisons de temps en temps  des petites pirogues de pêcheurs ou d ’habitants, des bateaux moteurs et aussi quelques bateaux à voile .Il y a aussi une faune abondante , cormorans , hérons , oiseaux divers , certains font route avec nous Au bout d’une et demie le fleuve s’élargit et nous arrivons dans le «El  Golfete » qui est un lac  .Pas de vent , il fait très chaud , !nous ingurgitons  les bouteilles d’eau I

Puis le fleuve se rétrécit et après quelques milles , nous apercevons quelques bateaux dans de petites marinas , et un pont qui relie les deux berges .Nous sommes arrivés  dans la zone appelé Rio Dulce après avoir parcouru environ 22 milles.

l y a plusieurs marinas , et nous ne savons pas encore laquelle choisir .donc mouillage et recherche d’un endroit pour déjeuner ; déjeuner  au frais sous un « palapa » naturellement ventilé  on a l’occasion d’assister au match Real Madrid  , Bayern de Munich , puis après avoir observé les lieux nous choisissons une marina tenue par un français, pas citée dans le guide américain que nous avons consulté , mais repérée sur un autre site .Il y a de la place , la Wi-Fi au ponton , un grand espace ombragé , une belle piscine  pour se rafraichir , car on ne se baignera pas dans le fleuve , un espace commun pour se rencontrer entre navigateurs , une vue superbe sur Rio Dulce ! 

Nous nous amarrons et faisons connaissance avec nos « voisins de palier », un couple qui navigue avec ses 4 enfants , Originaires de Lyon et Lille , après des mutations à Paris , Lille , l’Afrique du Sud , ils naviguent depuis janvier 2010. On fait connaissance et nous voilà installés !

Voir les commentaires

Published by marick - - le Guatémala


mercred matin , orage et pluie , cela faisait très longtemps , une grosse pluie ,qui nous permet de rester tranquillement dans la cabine ,en lisant ,  pendant que Marick se
déssale. !Mais il n’y aura pas de plongée pour Patrick !Nous quittons l’ile vers 11h  direction Rendez Vous Cay , tout un programme , nous sommes avec cartes , jumelles à
surveiller les hauts fonds car la navigation reste toujours délicate , slalom entre twincays  et Blue range cays ;par rapport au guide les coraux  ont poussés  et il
nous  faut eviter quelques belles  patates pour ne pas  faire  comme nos  amis  vendéens  en fevrier dernier ; nous longeons quelques ilots et arrivons à
destinationRendez vouscay , il fait de plus en plus chaud et pas un souffle d’air .température de l’air 32 et de l’eau 32.5c.Nous sommes seuls dans ce mouillage et l’ile bien qu’ayant fait
l’objet de quelques travaux semble inhabitée , il y a une grande plage , et ça fait du bien de  dégourdir les pattes , hein Advil !


a peine arrivés sur la plage , une puis deux puis troiset finalement 4 personnes viennent vers nous , on leur demande si on peut se promener , et ils sont ravis de nous accueillir .Ce sont
des Béliziens qui travaillent à la construction de villas ,il y en a 3 qui sont presque terminées ,un restaurant et une marina sont également en projet ,Ils plantent également beaucoup de
cocotiers et nous les verront nettoyer la plage les deux matins ou nous seront là .Il y a 3 ouvriers plus un responsable.


 Pablo  est le plus bavard  , il nous fait visiter une des villas dans laquelle il travaille : lui s’occupe de poser le carrelage .on discute un peu et nous demande si
on a quelques bières ou coca Nous retournons à bord pour leur apporter quelques boissons et en échange nous offre le dessert du soir deux oranges


Le site est calme  l’eau d’une pureté et d’une transparence ! , pas un bruit ,à part quelques cormorans goulus , jeudi nous passerons la journée dans le même mouillage , tellement
on s’y sent bien , snorkeling le matin , petite sieste au frais dans la cabine  et le soir , nous allons pêcher à la palangrotte avec Pablo  et ses deux copains .Avec l’annexe nous
pouvons aller un peu plus loin pour pêchercar eux ne disposent que d’un vieux dériveur un laser sans mat  avec deux pagaies !Ils sont bien expérimentés , et remontent rapidement
quelques poissons ,  nous , rien !nous changeons de mouillage , et pendant 1h30, en cette fin de journée nous partageons ce moment dans un lieu idyllique et paumé  , rencontre
improbable et éphémère  et au soleil couchant nous rentrons à bord .Ils nous offriront le poisson du diner .


Vendredi matin , eau   claire et chaude , nous nettoyons les deux coques de Marick , chacun la sienne ! Puis nous larguons les amarres pour Moho Cay , snorkeling et pause
déjeuner , et le soir arrêt à South Long Cocoa Cays !Une pelleteuse et de gros engins sont en pleine activité pour apporter de la terre et consolider une petite digue ,autour de l’ile , mais
les assauts de la mer ont déjà eu raison de ces frêlesprotections et à de nombreux endroits la digue est détruite !Les engins travailleront tard dans la nuit .Inutiles efforts car bientôt la
mer reprendra sa place !


Samedi départ pour Placencia , escale Bélizienne ou nous ferons les formalités de départ , le soleil est chaud , le ciel un peu voilé .Arrivés vers midi , nous allons à terre déjeuner
.Le vent souffle un peu plus , et  à notre retour  nous  nous  apercevons  que Marick  a ripé un peu ;nous  décidons  de  refaire  le 
mouillage  ailleurs , nous  sortons  de l’autre cote de la  baie ,un énorme cumulus barrel’horizon quelques  éclairs ;je décide  de me  mettre  à l’
abri de l’ ile  mais  à peine  commençons  nous  a mouiller que la  mer  se met  àfumer déjà  35 nds  et ça  continue !on relève l’
ancre  et le  vent  et l’ orage  sont  sur nous :  45, 50, 55,…  60 nds ,nous  sommes  en fuite visibilité  5 à 10 mètres, un  autre
bateau  aussi  a largué  son  mouillage  et je  veux l’éviter ,il  est  difficile  à  voir.Le vent  continueàmonter 62.9 nds c’est
beaucoup ! le  bateau  a sec  de toile  file  a plus  de 9 nds  mais  la  bôme  a tendance  à faire  lofer et le 
bateau  se met  tout  seul  à la cape par 63  nds  de vent c’est  assez impressionnant ; je  suis  obligé  de mettre les  moteurs 
pour  abattre  et continuer  la fuite !.Heureusement  il ya de l’ eau  à courir  en  allant  vers  le  sud , mais malheureusement 
avec  cela nous  sommes  dans  l’ orage  et nous partons  avec lui ,ça  se calme  un peu  40 ;45 nds et je  peux lofer  pour 
revenir  sur  Placencia,la pluie est   battante ,à l’intérieurLaetitia  suit l’évolution  sur le  MaxSea ;nous  reprenons  un  mouillage
plus  sécure un peu  loin  de  tout  le  monde  et il  faut  se sécher  et sécher l’intérieur  du  bateau ; Advil 
pendant  tout  ce  temps-là  était  sous  la  table  du carré regardant soit l’un ou l’ autre .


Quel orage !!!!


Dimanche il fait beau, onva à la découverte dePlacencia,petite bourgade animée en ce dimanche matin , on fait de l’avitaillement en boissons et fruits et légumes. On déguste une glace au
Tutti frutti , la meilleure de tout Bélize, beaucoup de personnes se déplacent en vélo , , un  étroit chemin bétonné court près de la plage en longeant les maisons quasiment toutes
construites sur pilotis !


L’après-midi ,exploration de l’immense mangrove qui nous permet aussi de rechercher Big Creek , lieu ou on devra faire les formalités , .C’est une zone de containers , le port ou arrivent
et se déchargent les marchandises. La mangrove avance et une dragueuse travaille en ce dimanche après-midi .L’endroit est assez glauque !


Lundi matin, bon pied, bon œil, formalités accomplies toutes à BigCreek , nous partons pour les Sapotilles , à l’extrémité sud est de la grande barrière de Bélize.Peu de vent , jusqu’à
Frank’s Cays ou un bateau américain est déjà ancré , nous passons entre deux patates, 17 heure , il est temps d’arriver car le jour décline .


Franck’scays étaient  il y a quelques années le siège du ReefRCI ,Reef Conservation International. Nous avions prévu une plongée bouteille car notre Road Book nous inique qu’il y a des
scientifiques sur l’ile ,la possibilité de faire des plongées et la possibilité de remplir les bouteilles !, un rtestaurant bar 


Mais ….le temps a passé , personne et les structures existantes sont délabrées , alors mardi on fera snorkeling sur le reef avant de partir pour le Guatemala  , Livingston , ou nous
devrions arriver en fin de journée


                                                                                                                            

Voir les commentaires

Published by marick - - Belize

Eh bien le restaurant Don  Corleone n’a pas tenu ses promesses concernant les lasagnes  cependant le tiramisu était excellent !

Dimanche, retour chez le chinois qui vend tout  donc de l’internet pour essayer de vous envoyer les images , mais pour le moment , pas assez de débit , donc vous devrez attendre encore un peu pour voir ce qu’on a vu !retour au bateau et on va quitter Caulker Cay pour aller à nouveau à la découverte de Belize, départ pour une toute petite nav’ , environ 6 milles , c’est dimanche , on ne va pas se fatiguer , nous mouillons à Chapel Cay , ile privée  de 2 milles de large sur 5 de long

Lle propriéraire , un américain vit dans le Kentucky il a fait fortune dans les mines de charbon .Son ile est très bien aménagée :2 courts de tennis , terrain de volley , basket, et même un petit aérodrome, et un terrain de golf 18 trous !Il y a même une petite marina

 le propriétaire accepte le mouillage sur sa cote ouest  .Nous allons à terre pour « promener le chien », personne à part deux pêcheurs sur une petite barque au sud de l’ile.la cote est bordée par un long reef ou le snorkelling est réputé. Nous prenons l’annexe et en route !l’eau est chaude 30.8°c , ca va !nous y restons un bon moment , surtout Patrick pendant qu’Advil  garde l’annexe

Puis nous prévoyons de passer la nuit à  Long Cay à l’abri dans une petite anse , mais en arrivant sur place , plus de petite anse abritée , car un coup de vent ou de tempête a eu raison de ses terres quasiment au ras de l’eau , les fond ont dû aussi être modifié car le sondeur nous annonce des fonds insuffisants pour Marick , on est en fin de journée , pas question de se retrouver posé sur le fond , on reste donc à l’extérieur ;, le mouillage sera un peu rouleur !.

Lundi , un peu de vent , mais nous allons faire d’abord du moteur car la route à suivre est un peu délicate , on est moins rapide que sous voile et le cap et la vitesse sont plus contrôlables.

Nous empruntons la route Port O Stuck , utilisée par les barges qui transportent le sucre. Il faut faire attention aux piquets dans l’eau qui indiquent s’il faut passer à tribord ou babord.nous longeons de nombreuses iles de mangroves principalement , avec des zones de réserve , ou les lamentins ou manatee sont protégées !Mais nous n’en verront pas .On continue la nav’ ,car  on préfère une ile avec une petite plage pour la balade on   laisse également Belize City de côté car c’est à priori une escale peu sympathique !  

On est à la recherche d’un mouillage sympathique et on va finir par le trouver !à Garbutt Cay ! Arrivée vers 16h , petit ilot avec une petite maison de pêcheurs , deux barques , et 3 chiens. Harry nous accueille en levant les bras et vient vers nous , peut être le mouillage est- il interdit ? Mais non , il est content d’avoir de la visite et vient se présenter à bord Il est ravi de rencontrer des français , il a lu Victor Hugo et des livres sur la révolution .Il a dans sa barque quantités de lambis ou conch , et se propose de nous en préparer deux .Nous discutons un peu de sa vie autour d’une bière .Il vit depuis 7 ans sur une petite ile à coté d’ici , sa femme et ses 3 enfants sont sur le continent, ils viennent en vacances l’été .Il a des  panneaux  solaires qui lui permettent  d’avoir du courant , il  regarde  parfois la télé ou un film   .Pou promener le chien , il nous conseille l’ilot voisin , ou il n’y a personne , à part des crabes et …..2 boas constrictor !!!P!!!!Bon on n’ira pas vérifier et on choisira un petit autre petit ilot

Mardi , la route continue , destination Tobacco Cay  qu’on repère de loin , des cocotiers et des maisons , et quelques bateaux au mouillage .L’ile comprend quelques maisons de vacances , très colorées et toutes sur pilotis , nous descendons à terre , il y a même un bar ouvert , il est  9h30 du matin , l’heure d’un p’tit café , mais il n’y en a pas , alors ce sera bière , ma première de ma vie si matinale !Mais il fait déjà chaud !l ile nous parait fragile car elle est quasiment au ras de l’eau , les maisons sont bien sur pilotis , mais en cas de fort coup de vent , qu’en advient-il ?

Le propriétaire du bar nous explique qu’en cas de gros temps , ils sont évacués sur le continent pour etre en sécurité , et quand ils reviennent , tout est à reconstruire !

On fait un peu de snorkeling , déjeuner , et départ pour la nuit à Southwater Cay , nous longeons le reef mais du coté extérieur , en mer car il semble qu’il y ait quelques cays et on n’a pas envie d’en rencontrer , car les cartes peuvent avoir quelques imprécisions !après un passage par le petit cut mouillage sur bouée dans cette réserve , 2 gardes en barque nous accueillent et nous leur payons  20 dollars beliziens , moins de 10 euros ;quelques constructions dans cette petite ile   mais peu d’activité mais il y a quand même un club de plongée , Patrick s’inscrit pour une plongée demain Nous nous baladons dans l’ ile  , le temps est un peu orageux

 

 

 

 

Voir les commentaires

Published by marick - - Belize

-->

Mercredi ,mer plate , 10 nœuds de vent , mais Marick aime bien le petit temps , il avance paisible et tonique à la fois , nous avons passé  ce matin un temps certain à débobiner le fil de la canne à pêche , mais cela s’avère payant , car juste après avoir lancé la ligne nous pêchons le déjeuner  du midi , un thazard ! Arrivée à destination , Bahia de la Espiritu Santo, près de Owen Island .Il faut bien regarder les fonds d’autant plus que la carte n’est pas très détaillée , un dauphin nous accueille , et nous fait signe de changer de cap ? quelques secondes plus tard , nous sommes posés !  heureusement les fonds sont  souples herbier et vase  , après quelques belles  manœuvres  du capitaine , nous sommes débloques , mais en continuant , les fonds remontent trop vite . nous voulions nous mouiller de l’autre coté de l’ile sous le vent , mais tant pis !Nous n’allons pas plus loin et passerons la nuit à l’entrée de la baie

Jeudi dernière étape mexicaine avant le Belize , juste le vent qu’il  faut , la mer qui va bien , et nous arrivons à  Cayo Norte petit ilot au large de la cote,  en début d’après midi . Pendant la traversée , nous recueillons un passager , un petit oiseau fort fatigué venu se reposer , petit oiseau  bientôt , rejoint par son compagnon , mais il finira  par mourir !!!!

La encore la carte est assez approximative , il y a comme un petit atoll , un phare ,et quelques épaves de bateaux .Nous mouillons difficilement car le fond n’accroche pas ,il n’y a que 10 cm de sable sur une roche dure , nous mettons 50 m de chaine par 3 m d’eau , pas de vent , et nous allons sur le petit ilot désert , pas si désert car on aperçoit derrière le phare une construction , et quand on débarque , un comité d’accueil : deux militaires de la marine mexicaine avec armes  et une scientifique nous expliquent que c’est un parc  et qu’on ne doit pas rester et que des hélicos vont jeter des appâts empoisonnés pour détruire les rats qui se multiplient  et que c est dangereux si le chien en  mange.

.Nous apprenons qu’une trentaine de personnes y vivent , des militaires et des scientifiques

Mais nous sommes indésirables , ils nous raccompagnent jusqu’à l’annexe , nous prennent en photos ainsi que l’annexe

Retour au bateau , nous dinons à bord et vers 23h 45 , car nous n’allons pas partir un vendredi 13  nous quittons Cayo Norte ,dernière étape mexicaine  en compagnie de la lune .

15 nœuds de vent,  mer plutôt plate même si un courant contraire nous ralentit  , Gv et génois  nous allons naviguer de nuit , chacun son quart , navigation tranquille et vers 10h30 nous arrivons au Belize. Nous avons des copies de cartes marines qui nous sont très utiles car l’entrée vers Ambergris Cay pour arriver a San Pedro est assez délicate .La bouée est repérée , nous suivons les instructions nautiques et sommes heureux de nous poser vers 11h30.

On rassemble les documents pour les formalités et on descend à terre .San Pedro est le village principal de cette ile surnommée « isla bonita »et il me semble que c’est elle qui est à l’origine de la chanson de Madonna « la isla bonita »  en tous cas elle porte très bien  son nom .Il y a un mélange d’influences, le Mexique tout proche et sa population Maya , une influence britannique et un air caribéen !.le village est vivant beaucoup de petits  commerces :, on trouve de tout dans la rue principale,  la voiturette de golfe est « le » véhicule utilisé par tous

.les rues sont poussiéreuses car il fait très chaud et sec , l’aérodrome est tout à coté de la rue principale, de nombreux « coucous »atterrissent et décollent dans un joyeux vacarme. Les rastas proposent des colliers ,des souvenirs ,et nos formalités  d’entrée seront assez rapides .Mais nous sommes un peu déçus car l’immigration nous accorde 12 jours sur le territoire , pas un de plus , il faudra refaire une demande de prolongation donc d’autres papiers si nous voulons prolonger et nous savons que des amis ont eu quelques soucis avec ce problème de date

Nous déjeunons au frais près de la plage et la journée sera un peu plus longue car nous retardons nos montres d’une heure

Le Belize  nous plait bien au premier abord !  

Samedi , départ pour Cay Caulker , navigation au moteur , car il y a peu de fond , entre 1.30 m et 3 m , et il y a quelques « patates .Nous parcourons environ 9 milles avant d’arriver à notre mouillage .Nous descendons sur ce petit bout de terre et oh surprise , la rue principale , car il n’y en a qu’une , est très colorée et vivante, de la musique reggae surtout s’échappe de quelques boutiques   jeune , il y a des p’tits restos partout , on peut manger à toute heure , les enfants se promènent , des rastas discutent il y a aussi pas mal de touristes , population jeune .On propose plongée et snorkeling tous les 10 m , l’ile doit faire 50 à 150 m de largeur  sur 3 km environ .ce soir nous dinons chez « Don Corléone » car il parait qu’il fait les meilleurs pates de toutes les iles environnantes   

Voir les commentaires

Published by marick - - Belize

 

Nous quittons Isla Mujeres  jeudi matin vers 8h45. Le ciel est bleu, le soleil se fait de plus en plus chaud , le vent est sud alors nous allons naviguer sous GV et moteur , on en profite pour faire de l’eau au dessalinisateur.Il y a un fort courant sud nord que nous avons dans le pif , ce qui soulève quelques vagues , mais rien de trop embêtant

Nous longeons et découvrons la côte sud de Cancun : un alignement impressionnant  d’immeubles pendant une dizaine de km !nous sommes assez loin de la cote car un peu plus au sud il y a pas mal de caye .Au niveau du Club Med nous y verrons un ketch , échoué ,  il est passé trop près des hauts fonds .

Nous partons à destination de Puerto Morelos , petit port situé au sud de Cancun , étape avant l’ile de Cozumel. Vers 13h nous arrivons à destination après avoir emprunté la passe sud car il y a pas mal de « reef ».!nous avançons donc  avec précautions et prenons notre mouillage tout près de la plage face au village  dans une eau bleue et cristalline

 y a un peu de remous car nous sommes face à la mer caraïbe et la houle n’est pas complètement atténuée .Patrick plonge pour vérifier le mouillage, déjeuner à bord puis nous descendons à terre. Puerto Morelos est un joli petit port , une halte agréable. C’est un village de pêcheurs, et certains se sont reconvertis pour emmener les touristes faire du snorkeling .  c’est Jeudi Saint et dans ce pays très pratiquant qu’est le Mexique , beaucoup de gens sont à la petite église ,ou autour car ils préparent l’office du soir .nous cheminons tranquillement dans ce petit village resté à l’écart du tourisme de masse et c’est très reposant .

Il a fait très chaud aujourd’hui et la fin de journée se révèle douce et tiède.

Nous rentrons à bord , diner , et nuit tranquille

Vendredi matin , départ pour Cozumel

la navigation est assez courte puisque à 11h30 nous arrivons au nord de l’ile , l’eau est d’une clarté , d’une limpidité incroyable. Située à 71 km au sud de Cancun , elle mesure 53 km de long sur 14 de large.,

Petit élément historique. Elle a  connu sa prospérité vers 300 après JC. toutes les femmes de la presqu’ile du Yucatan venaient y faire un pèlerinage à San Gervasio ,ou existe un  temple dédié à Ixmel , déesse de la fertilité et de la lune

En .1518 à l’époque de la conquête espagnole , Juan de Grijalva et ses hommes découvrent environ 20 constructions mayas .Une année plus tard les maladies apportées par les envahisseurs déciment une grande partie de la population et les guerres cumulées font qu’en 1540, ils ne reste que 200 rescapés ou survivants

L’ile reste quasiment déserte au 17è siècle et devient un repaire de nombreux pirates tels Jean Lafitte et Henri Morgan

En 1848, la population fuit l’ile à l’époque de la guerre des Castes, .Au début du 20è siècle , l’ile connait une nouvelle prospérité grâce au chewing gum. Cozumel est le port d’exportation de la gomme .Les américains construisent même une base, mais à leur départ , l’ile retombe dans une léthargie économique jusqu’à ce qu’un documentaire de Cousteau en 1961 contribue à la renommée de l’ile. Actuellement , l’ile est le paradis des plongeurs , de nombreux tour operator ont investi les lieux et on voit partout des bateaux  sillonner la cote

Nous arrivons  donc vers 11h30 à la pointe nord de Cozumel .Nous longeons la cote pour trouver un endroit où se poser, il y a beaucoup d’hôtels ,  avec transats , mais d’après nos renseignements pas de marina, pour  accueillir  les navigateurs. Nous comptons 5 gros bateaux de touristes amarrés dans le petit village de San Miguel de Cozumel  Au bout d’une heure nous nous trouvons dans un petit paradis , eau turquoise limpide , petite plage pour Advil , nous mouillons enfin et le capitaine à faim !

Hélas , un bateau vient nous annoncer qu’on est dans un parc , mais pas d’infos claire à ce sujet , et qu’il faut revenir vers la ville  nous remontons l’ancre et cap au nord , .pas de voiliers mouillés , que des bateaux à moteurs sur coffre , nous repérons un coffre disponible et décidons de le prendre. on  nous signale que le coffre  appartient à quelqu’un qui rentre demain , mais pour le moment on peut y rester .Il est 14h , nous déjeunons (enfin) à bord.

L’après-midi , repérages pour la capitainerie , car nous ferons les formalités de sortie du Mexique  à Cozumel , et pour moi , repérage d’un coiffeur car mes colorations à bord , toute seule  ont leur limites ! mais ce vendredi saint est férié et donc tout se fera demain

Nous profitons des eaux claires et transparentes pour du snorkeling , partout des grappes de plongeur plus ou moins expérimentés  sur  d’innombrables barque circulent dans tous les sens transportant leurs passagers , d’un point à un autre. Nous sommes mouillés près d’un ponton jouxtant bar et club de plongée .Au ponton les  enfants plongent , se baignent ,les parents sont à coté , le bar est accueillant et le mojito rafraichissant !

Samedi, la matinée sera consacrée aux formalités de sortie  nous allons au harbor master ,le fonctionnaire de service nous reçoit aimablement  , nous devons aller à l’aéroport pour l’immigration et faire tamponner nos passeports avant de revenir compléter le dossier et à  12h30, tout est ok , Patrick bricole un peu , trie des photos pendant que je vais chez le coiffeur.

Dimanche , nous avons loué une jeep pour visiter l’ile ! Cozumel est certainement  le paradis des plongeurs qui viennent dans  un hôtel et qui profitent des structures , plages etc… mais pour les autres c’est une autre histoire !Aucune plage publique , les hôtels  accaparent les meilleurs sites  et les entrées sont payantes , pas très chères mais quand même !les mexicains ne peuvent profiter de leurs plage .C‘ est Pâques , jour férié et des familles s’agglutinent  dans les rares endroits disponibles pour y pique-niquer .Ils se baignent , sont en famille et l’ambiance est bon  enfant. Nous déjeunons dans une structure fréquentée par de nombreux mexicains car l’entrée est quasiment gratuite Les familles sont  heureuses de profiter du bain de mer , les enfants jouent et sautent dans la piscine ou dans la mer , les mères se reposent et discutent entre elles , les jeunes couples s’enlacent tendrement ,jour de détente et de plaisir.au retour ,nous ferons quelques achats de frais et de boissons, mais  la bière restera près de la caissière car le dimanche après-midi , pas le droit d’en acheter dans le super marché

Lundi , ciel bleu , peu de vent , cap au sud pour Tulum , sur la cote mexicaine , un des rares endroits où a été construit un temple maya .

La navigation se fait d’abord au moteur, puis le vent arrive et   Marick avale les milles sous Gv et génois , à 9 ou 10 nœuds de moyenne , ce qui nous fait arriver rapidement .Nous cherchons la passe censée être signalée par une bouée jaune , mais pas de bouée !Il fait beau , nous longeons prudemment le reef et nous posons vers 13h

L’endroit est super ! quelques constructions très discrètes et bien intégrées au paysage , beaucoup de monde sur une grande plage , population jeune qui soigne particulièrement son bronzage , c’est aussi le paradis du kite surf  de nombreuses voiles colorent le ciel et les planches glissent sur ce magnifique plan d’eau

 Le jour se lève et un bon grain vient laver Marick qui était bien salé , et avait besoin d’un lavage à l’eau douce

Dernière balasde avant de lever l’ancre, il est 7h30 et de nombreux employés s’occupent à nettoyer la plage avant l’arrivée des touristes.il fait beau , la grande plage quasiment déserte s’offre à nous , et Advil est d’humeur particulièrement joyeuse ce matin !

Allez , l’ancre est décrochée , on reprend le chemin inverse en suivant notre trace sur le GPS , car la passe est étroite et pas balisée.

Mer calme , un peu de vent , GV haute et Genois avec parfois un peu de moteur pour compléter .On retrouve le ciel caribéen avec ses  quelques nuages , un bleu parfois délavé , et la chaleur  plus moite

On arrive à notre mouillage à Bahia de La Ascencion, on y va doucement car il y a une barrière de récifs à éviter , on scrute les fonds , et on arrive dans une  grande baie.des bateaux de pêcheurs ou avec touristes la traversent

On se mouille en partie sud , pour déjeuner et balade à terre , peu d’eau mais un fond sablonneux dans lequel on s’enfonce de 10 à 15 cm .surprenant !on va pour la nuit un peu plus profond dans la grande baie de Punta Allen .Nous sommes les seuls  !Nous sommes entourés de mangrove , pas terrible pour descendre balader Advil , :on prend l’annexe à la recherche de plage plus hospitalière,   la baie laisse un petit passage dans la mangrove , il est environ 17h belle lumière du soir qui arrivera bientôt , la mangrove , est pleine de vie , un héron s’envole en poussant son cri , la vie grouille partout , en sinuant dans la mangrove on se fait un peu peur en se disant qu’un alligator est peut être tapi et risquerait de ne pas apprécier d’être dérangé. Mais rien de  tout ca n’arrive !nous finirons pas trouver un petit bout de plage pour Advil , la nuit va tomber ,l’eau est claire , il fait doux , pur moment de bonheur………

Voir les commentaires

Published by marick - - bye bye les usa - viva le mexique

Isla  Mujeres est vraiment une ile très attachante , de dimension modeste , 8km de long sur 150 à 800 de large elle se découvre très facilement à pied au nord avec ses plages , son  centre-  ville coloré et très vivant ou déambulent des touristes européens mais aussi  beaucoup de mexicains. Cette fréquentation est peut-être due  aussi à la semaine « sainte » c’est-à-dire avant pâques, et les  enfants sont en vacances

Pour le  reste de l’ile , on peut louer facilement des voiturettes de golfe , il y en a partout , elle ne roulent pas vite , mais la vitesse autorisée sur l’ile est de 40 km , alors , on ne dérange pas l

Nous en louons une pour la journée de jeudi , visite au supermarché pour l’approvisionnement du frais , et balade au sud ou existe les rares vestiges d’un temple maya .

Les cyclones ,Gilbert  en 1988 ,Emily et Wilmaen 2005 ont fait des ravages et la restauration n’a pas eu lieu, il ne reste pas grand-chose à voir

  Mais pourquoi « Isla Mujeres » ou « Ile des femmes » ?

Il y aurait plusieurs explications possibles :à l’ époque où les  corsaires et flibustiers  espagnols opéraient à la recherche de butins , il y mettaient leurs femmes à l’abri , pendant qu’ils  allaient piller les territoires voisins

Une autre explication possible est :en 1517 , quand Francisco Hernandez de Cordoba , venant de Cuba arrive dans l’ile , il y découvre un temple en pierre contenant des figurines en argile de déesses maya donc que des femmes, d’où le nom de l’ile .actuellement les archéologues  pensent que l’ile était une étape obligée pour célébrer  la déesse Ixchel , déesse de la fertilité

Un maya avec qui nous avons diné, nous donne une autre version plus simple. Les conquistadores sont arrivés dans cette ile habitée principalement de pécheurs , et à leur arrivée  ne restaient  que des femmes car les hommes étaient en mer !

Quoi qu’il en soit Isla Mujeres ,est une merveille de petite ile !

Voir les commentaires

Published by marick - - bye bye les usa - viva le mexique

Les formalités sont OK , alors à nous la découverte de la péninsule du Yucatan qui comprend la région de Quintana Roo au nord est avec Cancun et la façade caribéenne , les plages ,les iles de Cozumel , Isla Mujeres , puis le Yucatan , avec Merida plus au centre , et Campeche vers l’ouest

Nous prenons la seule autoroute qui va vers l’ouest, pas énormément de circulation, .l’autoroute est bordée de bosquets ne permettant pas de visibilité sur la région, c’est une zone sèche recouverte de petits arbres et arbustes. Nous nous arrêtons à Valladolid , aussi surnommée « la Sultane de l’est » ,car elle possède de  nombreux monuments  tels le couvent de San Bernardino de Siena, le Municipal Palace, l’église de San Servacio , et le Museum de San Roque

La ville a été construite en 1543 par Francisco de Montejo le neveu du conqusitador du même nom ,  puis elle a été le lieu de deux évènements majeurs dans l’histoire mexicaine la guerre de Casta en 1847 et le point de départ de la révolution mexicaine en 1910.halte déjeuner   dans le centre ville .une grande place ombragée avec de nombreux bancs pour se reposer ,et palabrer  , nous avons une adresse pour déjeuner l’Hosteria de Marquès , vieille demeure , avec patio ombragé , fontaine. La halte est appréciée car il fait chaud ! la « corona » est la bienvenue !

Puis direction Chichen Itza un des sites mayas les plus célèbres car s’y trouve, el Castillo le mieux conservé et restauré  d’une hauteur de 30 m avec un escalier de 90 marches

A chaque équinoxe (21 mars et 22 septembre) il est le siège d’un phénomène très populaire chez les mayas , le lieu où se manifeste le serpent Kukulkan, car à ces moments précis la position du soleil combinée  à l l’orientation de la pyramide permettent de  voir , grâce à un jeu d’ombres et de lumière , le corps de ce serpent( car au pied se trouve la tête en pierre) .cela démontre les connaissances astronomiques , architecturales, mathématiques  des Mayas .Il y a aussi d’autres vestiges dans cette zone , .Beaucoup de vendeurs de souvenirs, aussi dans une bonne ambiance en cette fin de journée baignée d’une douce lumière

Nous rentrons à l’hôtel réservé grâce à un internet merci expedia.fr,, Dolores Alba , avec piscine naturelle , un bon petit bain avant de finir la journée les oiseaux sont nombreux et très bruyants !

Une Téquila le soir et dodo

Samedi , 31 mars départ pour Mérida , jolie ville plus au nord nous arrivons en fin  de matinée , petit tour à l’office du tourisme pour avoir  des infos et au restaurant en terrasse un mexicain professeur d’archéologie(fils du restaurateur), vient nous rejoindre pour nous donner quelques tuyaux

La ville sera très animée ce soir et la semaine suivante , on approche de Pasque , la population à 85% est catholique et   la semaine dite « sainte » est très importante

Nous  partons visiter un autre site maya Uxmal ou existent de nombreux vestiges sur une surface étendue .C’est curieux de réaliser la grandeur de cette civilisation, qui s’est complètement éteinte sans qu’on en connaisse les raisons et que les Espagnols en arrivant n’ont trouvé que des sites abandonnés, envahis par la jungle !

Le soir retour à Mérida , c’est  une grande  fête de la  musique , à ses débuts , des musiciens partout , mais sans  groupe qui vous casse les oreilles. tout le monde déambule au milieu des échoppes de souvenirs, vendeurs de glace et de boissons, avec une multitude d’oiseaux toujours aussi bruyants dans une ambiance bon enfant . nous flânons assez tard dans la nuit, retour à l’hôtel et bonne nuit les petits

Dimanche , après un ptit déj tranquille , cap sur Progresso , port d’arrivée de la course « solidaire du chocolat , petit port à 35 km au nord , environ , car la signalétique est assez fantaisiste ! on peut voir un panneau indiquant la ville à 35 km puis après avoir parcouru  2 km , distance annoncée 38 , puis ensuite 39 km , puis 29 !enfin quand on a le bon cap tous les chemins mènent au rhum   !

Lundi retour vers Cancun à la marina Hacienda del mar direction Isla  Mujeres pour quelques jours avant de faire cap au sud .Mardi ce sera nettoyage et laverie , et mercredi avitaillement en produit frais et ballade en voiture de golf , plage et farniente !pas le temps de s’ennuyer ! 

 

Voir les commentaires

Published by marick - - bye bye les usa - viva le mexique

Mercredi matin 28 mars , de bonne heure et de bonne humeur , rendez- vous à El Milagro marina pour rencontrer le veto qui permettra à Advil d’avoir son certificat de santé permettant de naviguer en toute tranquillité au Mexique .Le veto parle français , mieux , il a vécu en France 10 ans à Paris , puis dans le sud , il y a apprécié la gastronomie et les vins !et voilà le sésame , le tampon pour finir le dossier Mexique . En attendant le tampon final officiel , continuons notre découverte d’Isla Mujeres, puis déjeuner sur le bateau et opération snorkelling autour du mouillage , quelques beaux poissons évoluent dans ces eaux claires et chaudes Puis nous nous mettons en quête d’une place dans une marina , pour les quelques jours ou nous allons découvrir le Mexique , mais Marick est trop large , et nous essuyons deux refus , pas de place , alors tant pis on ira vers Cancun , même si apparemment le choix est limité .nous nous installons à l’ombre à la marina pour poster le blog ,car il faut une connexion wifi et nous retrouvons nos amis américains Steven et Sandra qui nous invitent car ce soir , ils font le diner , pasta aux crevettes !Steven et Sandra , naviguent dans le coin depuis pas mal de temps mais ont aussi voyagé surtout Steven , il sait le gout des français pour la gastronomie et c’ est un connaisseur !Ils ont navigué un peu partout dans le monde et sont très ouverts et sympathiques !, nos progrès en anglais nous permettent des échanges riches et amusants car il ont beaucoup d’humour ! J’assiste à la préparation du repas. Mettre une grande quantité d’eau à bouillir pour la pasta qui sera cuite « al dente » et dans une grande poêle , on sera 9 à manger , mettre de l’huile , puis faire revenir de l’ail, , de l’oignon en bonne quantité , rajouter , 500g de beure (faut ce qu’il faut !), poivrons rouges émincés , puis ensuite les crevettes , remuer , assaisonner , et déguster , .la cave du bateau est variée , et chacun des invités apporte sa quote part , à l’arrivée une soirée chaleureuse , cosmopolite , se sont joints à nous des canadiens , un descendant maya qui nous parle de sa culture ,des traditions , un pur régal Jeudi matin , nous préparons le départ , Steven et Sandy viennent nous dire au revoir , ils repartent vers le nord , chacun trace sa route mais restent de très beaux souvenirs , Vers 10h nouis quittons Isla mujeres vers Cancun ou Puerto Juares . Nous avons une dernière formalité à accomplir pour « l’importation temporaire du bateau » Nous repérons une marina l’Hacienda del Mar après 3 milles de navigation au moteur et nous pourrons y laisser Marick en sécurité pour quelques jours. Nous partons en quête d’une voiture de location , découverte de Cancun , bof ! une grande ville , et retour et diner à bord Vendredi matin , tous les dossiers sont prêts pour l’ultime formalité du bateau , il faudra quand meme que je me « tappe » 2km à pied pour 2 photocopies qui ne sont pas au format et tout est Ok , départ pour Valladolid , Chichen Itza , Merida , la terre ferme quoi

Voir les commentaires

Published by marick - - bye bye les usa - viva le mexique

Le blog de marick

un voyage autour du monde d'un couple sur un outremer 49

OU EST MARICK

actuellement en CORSE A SAINT FLORENT

Pages

Hébergé par Overblog